La Basilique Romane > De briques et de pierres > Le portail occidental
 
Le portail occidental
 
 
     
 

Principale entrée de l’église, le portail occidental (1115-1118) dénote une évolution dans la qualité et la richesse de la décoration avec ses six chapiteaux sculptés de feuillages, de lianes et d’animaux, mais elle est malheureusement inachevée : de fait  certains sceaux anciens de la ville de Toulouse représentent la Basilique avec trois tours dont deux situées dans le portail occidental.

C’est de cette porte que provient le bas-relief des « signes du lion et du bélier » exposé au musée des Augustins.

aller plus loin
Essentiel
  Les visites spirituelles
Focus
  La visite à 360 °
Le plan en 3D
Le plan de masse
Insolites
  Les cartes du ciel
L'autel roman de St Sernin
et les sculptures du cloître
de Moissac
Sur le web
  Le musée des Augustins
Le Musée Saint-Raymond
 

Ce portail géminé est comparable à ceux qui s'ouvrent aux extrémités du transept.

Resté inachevé avec l'arrêt du chantier en 1118, ce portail avait toutefois reçu un très riche décor de reliefs de marbre décrit par plusieurs auteurs, mais qui lui fut arraché dans des conditions mal connues, probablement à la fin du XVllle et au début du XIXe siècle.

Les scènes légendaires associant saint Saturnin et saint Martial ont disparu.

Subsistent au Musée des Augustins une figure drapée représentant le roi Antonius et un fragment de harpie piétinant un crocodile.

Dans ce même musée sont aussi deux reliefs en marbre blanc, plus petits, qui ont pu appartenir au décor du portail (sagittaire et sirène-oiseau), ainsi qu'une célèbre et mystérieuse sculpture : le Signe du Lion et le Signe du Bélier.

 
les chapiteaux

Sur ces six chapiteaux, personnages, oiseaux et lions émergent d'un foisonnement de lianes et de végétaux.

Par l'extrême habileté de la taille et leur exubérance, ils appartiennent à la phase "baroque" du style roman, voire le style gothique émergeant, et constituent le chant du cygne des ateliers de sculpture du XIIe siècle à Saint-Sernin.

 

Au-dessus du portail se développe une suite de cinq arcades moulurées en pierre et une grande rosé sans remplage s'inscrit sous un arc de brique ébrasé vers l'extérieur, reprenant le parti adopté à la cathédrale Saint-Etienne au début du XIIIe siècle.

 
Mise en ligne le Jeudi 28 Novembre, 2013