La Basilique Romane > De briques et de pierres > Le déambulatoire
 
Le déambulatoire
 

Construit avant la consécration de 1096, le déambulatoire s’organise autour de cinq chapelles rayonnantes dont la chapelle centrale est dédiée au Saint Esprit.

De 1791 à 1974, cette chapelle a accueilli le reliquaire de Saint Thomas d’Aquin, transféré du monastère de Fossanova, près de Naples, à Toulouse en 1369 en l’honneur des dominicains installé au couvent des Jacobins.   

En 1974, le cardinal Guyot lui a fait retrouver sa destination d’origine au Musée des Jacobins. Sont également présentées six statues d’apôtres en bois polychrome du XIVe siècle.

 
les sculptures de marbre
aller plus loin
Essentiel
  Les visites spirituelles
Focus
  La visite à 360 °
Le plan en 3D
Le plan de masse
Insolites
  Les cartes du ciel
L'autel roman de St Sernin
et les sculptures du cloître
de Moissac
Sur le web
  Le musée des Augustins
Le Musée Saint-Raymond

Le déambulatoire est orné par sept sculptures de marbre datées de 1090-1100.

Les trois premières plaques forment un groupe homogène par leurs dimensions et leur style.

Au centre, le Christ en majesté, dans une mandorle, entouré des symboles des quatre évangélistes, est imposant malgré le faible relief. Le dessin linéaire de son vêtement vient des ivoires carolingiens. A ses côtés, un chérubin et un séraphin (identifiés par une inscription) portent une banderole qui proclame un triple sanctus.

La nette référence stylistique à Bernard Gilduin permet de penser que ce premier groupe est contemporain de la table d'autel, les apôtres et les anges étant de peu postérieurs, aux environs de 1100.

   

Les quatre autres plaques représentent deux apôtres et deux anges, chacun placé sous une arcade. Ces figures se distinguent du groupe précédent par une plus grande liberté dans les attitudes et une saillie du relief proche de la statuaire antique.

Malgré les différences de dimensions (1,67 m de hauteur contre 1,10 m pour les précédents), tous ces reliefs furent peut-être prévus pour un même programme de sculptures (un retable ? un portail ?).

 
le tour des corps saints

Ce « tour des corps saints », que le pèlerin débute en entrant par le transept sud où il est accueilli par les reliques de Pierre et Paul offertes par le pape Callixte III en 1119, permet de découvrir les beaux reliquaires du XVIIe siècle dans et entre les diverses chapelles.

Enlevé au XIXe siècle au nom de l'unité de style, il fut remis en place sous la direction de l'inspecteur général des Monuments Historiques Georges Costa dans les années 1970.

Voici l'ordre armoires et chapelles du déambulatoire, en partant du nord et sur la gauche :

  • l'armoire de la châsse de saint Asciscle et sainte Victoire,
  • la chapelle de l'Immaculée-Conception,
  • l'armoire de la châsse de saint Gilbert,
  • la chapelle de saint Georges,
  • l'armoire de la châsse de saint Hilaire,
  • la chapelle du Saint-Esprit,
  • l'armoire de la châsse de saint Papoul,
  • la chapelle de saint Martial, saint Cyr et sainte Julitte,
  • l'armoire contenant le buste de saint Jacques le Majeur,
  • la chapelle sainte Sylve,
  • l'armoire des reliques de saint Pierre et saint Paul.
 

Suspendu à la voute du déambulatoire,
on peut observer un ex-voto représentant l’église Saint Sernin et offert à la suite de l’épidémie de peste de 1528 (l’actuel ex-voto date d’une restauration de 1758).

 
Mise en ligne le Jeudi 28 Novembre, 2013