La Basilique Romane > De Saturnin à St Sernin > Saturnin, saint évêque et martyr
 
Saturnin, saint évêque et martyr
 

L’évêque Saturnin de Toulouse, l’un des saints les plus vénérables de l’Église catholique, est, avec ceux de Lyon, l'un des rares martyrs de Gaule attestés ayant vécu dès les débuts du christianisme. Il apparut dans l’histoire de cette ville en 250, l’année de son martyre. On ne connait pas son origine (romaine, grecque ou africaine ?), le prénom Saturninus étant assez répandu dans le monde romain. 

Il était alors à la tête de la plus ancienne communauté chrétienne connue de Tolosa, chef-lieu de l’une des divisions territoriales de la province sénatoriale de Narbonnaise et qui se trouvait sur l’emplacement du centre de l’actuelle Toulouse, et desservait une petite église, avec ses deux diacres et un prêtre. 

Saturnin y résidait et devait traverser son forum, au fond duquel se dressait le temple du Capitole, pour  aller desservir sa petite église. Des vestiges de ce Capitole ont été retrouvés au nord de l’actuelle place Esquirol.

aller plus loin
Essentiel
  Parcours sonore
  Visites spirituelles
Repère
  A travers le temps
Insolite
  Passio sancti saturnini
(traduction P. Cabau)
 
 
Saturnin préféra mourir avec le Christ plutôt que vivre sans Lui.
 

Le 29 novembre 250, Saturnin fut interpellé devant ce temple par une partie des païens liés à ce dernier. Ils lui reprochèrent de perturber les dieux gréco-romains et d’empêcher leurs oracles. Après avoir refusé d’abjurer le christianisme et de participer au sacrifice rituel du taureau que l’on s’apprêtait à offrir à Jupiter, Saturnin fut saisi par la foule.

Sans le moindre procès, pourtant prévu par la loi romaine dans ce cas, abandonné par le prêtre et les deux diacres qui l’accompagnaient, il fut attaché au taureau. Son corps fut violemment emporté par l’animal excité et l’évêque rendit immédiatement son âme à Dieu, la tête fracassée sur un emmarchement du monument romain.

Mais son cadavre continua à être traîné par la bête furieuse, jusqu’à la voie qui sortait de la ville au nord. Là existait une nécropole. Deux jeunes chrétiennes, les saintes Puelles, plus courageuses que les autres disciples de Saturnin, y ensevelirent le corps du martyr pour sa foi. Cela fut fait dans une fosse profonde et secrète, afin qu’il ne fût pas détruit et privé de sépulture, outrage majeur en ces temps antiques.

 
Mise en ligne le Lundi 2 Décembre, 2013