La Basilique Romane > Des notes et des pixels > Les chapiteaux
 
Les chapiteaux
 
la porte miègeville

Quatre chapiteaux historiés surmontent les colonnes.

Il faut mettre à part le premier chapiteau à droite, décoré de deux lions pris dans des lianes.

Les trois autres, de style antiquisant, illustrent un même thème :
le péché originel opposé à la Rédemption par la venue du Christ sur terre.

     Les lions Le péché originel    L'Annonciation Les Innocents
 
la porte des comtes
L'ensemble des chapiteaux, qui se lit de droite à gauche, illustre la dichotomie salut/damnation.
 
Métaphore de la luxure :
homme nu au sexe lacéré
par deux démons.
Le châtiment de l'avare,
condamné à porter éternellement
sa lourde bourse.
Femme nue mordue
par deux serpents tenus
par deux autres femmes :
illustration de la punition qui attend les femmes luxurieuses.
Moïse assisté
par Aaron et Hour
pendant sa prière.
       
Moïse assisté
par Aaron et Hour
pendant sa prière.
Homme attaqué à la tête
par deux dragons.
Âme de Lazare enlevée au ciel
par deux anges.
Parabole du mauvais riche
et du pauvre Lazare.
       

La statue de saint Sernin se trouvait au-dessus de la Portes des Comtes, en position dominante, dans une grande niche de pierre, protégée par deux lions. Elle a été détruite à l’époque révolutionnaire. Il reste une inscription qui permet d’identifier le personnage : "SANCTVS SATVRNINVS".

 
le portail occidental

Sur ces six chapiteaux, personnages, oiseaux et lions émergent d'un foisonnement de lianes et de végétaux.

Par l'extrême habileté de la taille et leur exubérance, ils appartiennent à la phase "baroque" du style roman, voire le style gothique émergeant, et constituent le chant du cygne des ateliers de sculpture du XIIe siècle à Saint-Sernin.

 
 
Mise en ligne le Lundi 2 Décembre, 2013