La Basilique Romane > Insolites > Les cartes du ciel
 
Les cartes du ciel
 

Une marque de diffusion du savoir astronomique grec a été identifiée à Toulouse-même !

Dans une petite galerie difficilement accessible, et donc fermée au public, de la basilique Saint-Sernin, deux cartes du ciel ont été peintes sur une paroi au XIIIe siècle.

À cette époque, l'université de Toulouse venait d'être fondée et ces cartes ont probablement servi de support pédagogique pour l'étude de l'univers.

 
aller plus loin
Essentiel
  Les visites spirituelles
Focus
  La visite à 360 °
Le plan en 3D
Le plan de masse
Insolites
  Les cartes du ciel
L'autel roman de St Sernin
et les sculptures du cloître
de Moissac
Sur le web
  Le musée des Augustins
Le Musée Saint-Raymond
 
les cartes en détail
 

La théorie grecque du géocentrisme, faisant de la Terre le centre de la sphère céleste, fut généralement admise pendant toute l'Antiquité et le Moyen Âge.

Il fallut attendre le XVIe siècle et les travaux de Copernic pour que le Soleil détrône la Terre et prenne définitivement sa place au centre de l'Univers.

Longtemps ignorées, ces cartes représentent un document archéologique d'une portée intellectuelle primordiale pour l'histoire de l'enseignement religieux et universitaire à Toulouse au XIIIe siècle.

 
 La première carte
 

Elle est en grande partie ruinée et donc peu lisible.

On distingue cependant de nombreux cercles concentriques et des signes tels que nuages pluvieux, vent, point cardinal...

Cette carte traite vraisemblablement du thème du macrocosme et du microcosme qui associe l'homme à l'univers de manière symbolique.

 
 La seconde carte
 

Cette carte est relativement bien conservée.

La Terre est divisée en trois parties correspondant aux trois continents alors connus (Europe, Afrique et Asie) et est figuée au centre d'un univers constitué de douze cercles concentriques.

Sept d'entre eux portent un astre, du centre vers l'extérieur :

  • Luna Lobus (la lune)
  • Luna Mercuris (Mercure)
  • Circulum Venusis (Vénus)
  • Casa Solis (le Soleil)
  • Sfera Martis (Mars)
  • Celium Jovis (Jupiter)

Saturne, invisible sur la partie conservée du cercle, était vraisemblablement situé à droite du soleil.

Le cercle suivant correspond aux étoiles.

Quatre cercles suivent : le Premier mobile, qui donne à l'univers son mouvement rotatif, et trois cercles indiquant des sphères célestes où siègent les neuf catégories d'anges.

Enfin, le douzième et dernier cercle, l'Empyrée, est la limite de l'univers où il est de tradition iconographique de faire trôner Dieu.

 
 
  Photos : J.-F. Peiré - Textes : Musée Saint Raymond
 
Les Cartes du ciel de St-Sernin - Musée Saint-Raymond
 
 
Mise en ligne le Jeudi 28 Novembre, 2013