unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Assomption

 

 

 

Assomption
 

La Vierge Marie tient une grande place dans la vie de l’Église Catholique. Nos frères protestants, selon le degré d’œcuménisme pratiqué, s’en étonnent ou parfois s’en offusquent. Des non-chrétiens pensent que nous tenons Marie pour une quasi-déesse. Pourtant si Marie est honorée aujourd’hui, c’est qu’elle le fut dès le début de l’Église non pas comme une déesse mais comme « bénie entre toutes les femmes », « Celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ». Elle est pour nous un modèle de vie chrétienne et la première réalisation de la promesse de Dieu faite à l’humanité.

Même si le dogme de l’Assomption a été proclamé et formalisé en 1950, l’honneur et la considération des Chrétiens pour Notre-Dame datent de la prédication évangélique. L’Église, dans ses débuts, découvre peu à peu l’extraordinaire révélation que Dieu lui a faite en Jésus et tels et tels aspects apparaissent les uns après les autres dont la place singulière de Marie. Les Chrétiens notent cette place dans l’histoire du NT mais aussi sa signification théologique. Marie apparaît ainsi à tous les moments importants de la vie de Jésus. Dans les récits de l’Enfance de Jésus chez St Matthieu et St Luc, à l’aube de son ministère à Cana et à son terme au Calvaire chez St Jean. St Luc signalera cette présence de Marie à la Pentecôte en prière avec tous les disciples et St Paul rappelle que Jésus est « né d’une femme » comme une affirmation nécessaire. L’Église en honorant Marie n’ajoute pas à l’Evangile, ni à la foi comme certains ont pu le penser mais au contraire se place à la suite de la contemplation que les Evangélistes ont eue du choix particulier dont Marie a fait l’objet.  « Tu es bénie entre toutes les femmes ! » « D’où m’est-il donné que la Mère de mon Seigneur est venue jusqu’à moi ! » Marie est bien la Mère du Seigneur et derrière cette confession de foi que St Luc met dans la bouche d’Elisabeth, tout le développement théologique, liturgique et spirituel de l’Église est contenu comme toutes les couleurs du spectre lumineux sont contenues dans un rayon de lumière et révélées par la diffraction d’un prisme.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

« Bienheureuse celle qui a cru. » Marie est pour nous un modèle de foi. Elle a porté la foi d’Israël avec le zèle le plus pur et représente ainsi toute l’espérance juive à l’aube de l’Evangile. Attentive à la parole de Dieu, elle nous apprend à nous en nourrir et à lui donner toute sa place dans notre vie. Elle est aussi la fidèle du Christ que nous pouvons imiter. Elle a regardé son Fils. Elle nous apprend à regarder Jésus avec foi et chaque événement de sa vie nourrissait sa méditation comme cela peut irriguer la nôtre. Marie est entrée dans la joie de la foi et nous serions davantage dans la joie si nous nous mettons à bien croire comme elle.

Marie est enfin la première à jouir de la réalisation de la promesse du Salut car elle en fut le plus précieux instrument et c’est ce que cette fête de l’Assomption nous exprime. Elle fut choisie pour donner chair au Sauveur et le porter en son sein, elle a entendu avec joie la proclamation de la Bonne Nouvelle et contemplé l’accomplissement des mystères du salut jusque sur la Croix. Couverte de l’Esprit Saint à l’Annonciation et elle le reçut encore à la Pentecôte. L’Église célèbre donc aujourd’hui la fidélité de Dieu qui tient sa parole et fait ce qu’Il a promis. Marie nous précède là où nous sommes attendus, l’instrument précieux de l’œuvre de Dieu « entre déjà dans la joie de son maître. » L’Assomption est la suite logique et nécessaire de l’Annonciation.

Que la prière de la Vierge Marie nous aide à recevoir le don que Jésus a fait de Lui-même dans l’Eucharistie et que, comme elle, nous sachions Le porter dans notre vie, louer les merveilles de Dieu et annoncer aux hommes la Bonne Nouvelle de Jésus. C’est pour nous le chemin de la vie éternelle.

 
Mise en ligne le Mercredi 30 Août, 2017