unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Confession de Foi

 

 

 

Confession de Foi
 

Il y a un bonheur de croire. « Heureux es-tu Simon ! » s’entend-il dire de Jésus. « Heureuse celle qui a cru ! » disait Elisabeth à la Vierge Marie. Ce bonheur de croire n’est pas une œuvre humaine (la chair et le sang) mais il est un don de Dieu. Pour cela, il nous faut prendre le chemin que Simon-Pierre a emprunté et éviter une impasse.

« Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Les gens qui entendent parler de Jésus se font une opinion dessus. Cette opinion est humaine, nourrie des informations plus ou moins parcellaires dont ils disposent et agencées avec les références qui sont les leurs. Hier, ils assimilaient Jésus à JB, Elie, un prophète… aujourd’hui, la même opération s’accomplit avec des sources différentes mais des résultats similaires : Jésus, l’éveillé ; Jésus, 1er communiste ; Jésus, l’homme qui devint Dieu ; Un musulman nommé Jésus…
Ces assertions témoignent plus des personnes qui les expriment que de Jésus. Elles ne procurent pas davantage de bonheur car elles réduisent Jésus à l’idée que les gens s’en font.

« Et vous, que dites-vous. Pour vous, qui suis-je ? » Jésus nous interroge personnellement. Il nous demande en fait quelle relation acceptons-nous de tisser avec Lui. Il s’agit bien d’une relation avec Lui et pas d’une idée sur Lui. Une idée est une information, un raisonnement, une notion qui donne à penser. Une relation est un lien vivant que j’exerce avec une personne ou une communauté de personnes. Il y a une interaction entre les personnes en relation. Certes, il vaut mieux avoir des idées justes sur Jésus et c’est la tâche de l’Église d’y travailler mais le but est la relation vivante avec Jésus.
Pour cela, il convient de fréquenter Jésus comme il nous a dit de le faire, par la lecture des Evangiles, par la prière, par les sacrements, par le recul que nous prenons sur les événements de notre vie car Jésus ne dédaigne pas nous rencontrer à travers nos frères. « J étais malade et vous m’avez visité, j’avais faim et vous m’avez donné à manger… »

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

 

« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » Christ est pour  tout juif le titre du Sauveur attendu. Simon-Pierre a appris dans son enfance religieuse le désir et l’attente de Celui qui devait libérer et rétablir Israël. Simon-Pierre reconnaît à Jésus cette qualité, il découvre Celui qui va combler son attente et celle de son peuple. « Le Fils du Dieu vivant », St Pierre découvre aussi en Jésus une intimité divine, une relation divine en Jésus, du Fils avec Dieu (le Père). Dès lors, l’œuvre de l’Esprit, révélée par Jésus, l’Église, se déploie à travers lui selon la vocation particulière qui est la sienne.
Répondre à Jésus, comme Simon-Pierre, nous fait identifier cette relation que Jésus veut entretenir avec nous et nous avec Lui. Alors quelle est l’attente profonde que seul Jésus peut combler en moi ? Quelle tristesse, quelle misère, quelle solitude ou quelle absurdité peuvent être rompues par Jésus et Jésus seul ? Quel salut Jésus me procure-t-il ? Quelle l’intimité divine que je découvre en Jésus et dont Jésus me fait participant ?
En répondant à la question de Jésus, nous entrerons dans cette relation qu’Il veut vivre avec nous. Cette relation avec Jésus est en même temps révélation du Père pour nous et œuvre de l’Esprit qui, à son tour, se déploiera dans nos vies. Nous construirons nos existences non plus seulement dans un horizon humain mais dans ce dialogue incessant entre la terre et le ciel. « Ce que tu auras lié sur terre sera lié dans les cieux et ce que tu auras délié sur terre sera délié dans les cieux », ça nous concerne aussi à notre niveau. Nos vies prendront un poids d’éternité. Voilà le bonheur que Jésus procure et révèle.

St Paul en répondant à son tour à cette question du Christ contemple le mystère du Salut et ne peut pas retenir sa louange, puissions-nous la faire nôtre.  « Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables ! Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ? Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. À lui la gloire pour l’éternité ! Amen. »

 
Mise en ligne le Lundi 23 Janvier, 2017