unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Voici l’Agneau de Dieu

 

 

 

Voici l'Agneau de Dieu
 

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. » Cette parole de Jean-Baptiste désigne Jésus et elle est reprise par la liturgie. Jean parle ainsi en préambule du ministère de Jésus et nous l’entendons  à nouveau en préambule à la communion. La liturgie, maitresse de notre foi, concentre en trois rappels de l’Agneau de Dieu tout le mystère du Christ.

« Agneau de Dieu qui enlèves le péché du  monde. » Jean Baptiste désigne Jésus comme le Messie à partir de la prophétie dont le livre d’Isaïe porte la trace. Isaïe annonçait un Serviteur auquel il est dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »  Cette prophétie qui s’étale sur plusieurs chapitres précise aussi qu’il se laissera « mener à l’abattoir comme un agneau », et qu’Il est celui par les souffrances duquel nous trouverons la guérison. « L’Agneau de Dieu » fait donc référence au Sacrifice de Lui-même du Christ. Nous chantons cette invocation à la fraction du pain car le sacrifice y est représenté. Le Christ a répondu par un amour infini à la volonté de Dieu et à la violence des hommes. Prophétisée par Isaïe, annoncée par Jean Baptiste, cette offrande douloureuse de l’Agneau de Dieu accomplie il y a près de 2000 ans est représentée à la fraction du pain.

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. » Cette parole est dite au présent. Le prêtre la prononce en présentant l’hostie consacrée et fractionnée à l’assemblée. Cette parole et cette fraction simultanées doit nous arrêter au signe que nous accomplissions à ce moment précis. C’est le sacrement lui-même que nous considérons. Les gestes posés par le Christ hier sont aujourd’hui accomplis par son Église. « Voici l’Agneau de Dieu » s’entend ici au présent car le sacrement nous exprime sa présence. L’Eucharistie est un sacrement qui contient réellement le corps, le sang, l'âme et la divinité de Jésus-Christ sous les apparences du pain et du vin.

« Heureux les invités aux festins des Noces de l’Agneau. » Cette béatitude est tirée de l’Apocalypse, la traduction liturgique l’a quelque peu banalisé en annonce du repas du Seigneur. Le festin des Noces de l’Agneau désigne le banquet céleste où l’Alliance entre le Christ et l’Église, Dieu et l’humanité tout entière est célébrée dans une joie infinie. St Paul dit que « Dieu sera tout en tous ».

Ainsi lorsque, à la messe, nous disons « Agneau de Dieu » : le passé, le présent et le futur se conjuguent. Nous comprenons par quel sacrifice nous avons été aimés et sauvés quand Jésus s’est donné sur la Croix. Nous découvrons la merveilleuse Présence qui nous est assurée depuis que Jésus nous a dit de faire cela en mémoire de Lui. Nous aspirons à cette promesse qui nous est faite, « au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou même imaginer. » 
Gloire à l’Agneau de Dieu, hier, aujourd’hui et dans les siècles des siècles.  


Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 
 
Mise en ligne le Lundi 23 Janvier, 2017