unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Il m'a dit tout ce que j'ai fait

 

 

 

Il m'a dit tout ce que j'ai fait
 

Qu’avons-nous retenu de ce long évangile ? La Samaritaine semble n’avoir retenu de cette longue conversation que « Il m’a dit tout ce que j’ai fait ! » Alors que cet évangile est bien long et que la conversation de la Samaritaine aborde bien des sujets majeurs, elle ne rapporte que ce qui la concerne.

Que retenons-nous vraiment de nos échanges les uns avec les autres ? Sommes-nous réduit à cet égocentrisme de l’intérêt ? Pourquoi Jésus vient-il s’entretenir avec nous ?
 
Que retenons-nous de nos conversations ? La Samaritaine ressemble à chacun de nous, préoccupé par soi-même. Il arrive que l’on ne retienne rien ou pas grand chose d’une conversation que l’on a pu avoir. Parmi les raisons possibles : la distraction: on parle mais on ne prête pas beaucoup d’attention à ce qui est dit ; la superficialité : la conversation n’aborde que des choses sans importance ; le goût du bavardage : on ne fait que parler ; Il arrive aussi qu’on ne retienne que le pire de nos conversations : quand elles ne sont que agitation et médisance.

Cela nous rappelle une vérité élémentaire de l’apprentissage. Ecouter ne suffit pas, il nous faut travailler pour retenir ce que nous avons entendu. Que ce soit une information, un poème, un raisonnement, l’apprentissage passe par la répétition et l’effort sans lesquels nous ne recevrons qu’une infime part de nos échanges.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

Pourtant si nous nous parlons, nous souhaitons apporter à l’autre des informations et plus encore quelque chose de soi-même. Parler, c’est proprement humain. Les mots, la voix, les accentuations, les intonations et toutes les nuances de la parole racontent infiniment plus que les informations échangées. Quand nous nous entretenons les uns avec les autres, il s’agit de bien plus qu’une simple conversation. Nous sommes dans un exercice de présence à l’autre ; la parole est un prolongement de soi-même. Notre corps est fait d’os, de chair et de sang autant que de la parole que nous échangeons. Parler de soi, parler des autres, parler de ce monde, parler de Dieu, c’est offrir de soi-même à l’autre et raconter le monde que nous percevons. C’est inviter l’autre dans l’univers que nous portons en nous-mêmes. Ecouter, attentivement, l’autre quand il parle, nous ouvre à sa vie. Ecouter attentivement celui qui parle élargit notre monde.

Jésus a eu avec la Samaritaine un échange d’une rare profondeur : ils ont parlé de l’eau vive, des mésalliances de la Samaritaine, de l’adoration due à Dieu (10 fois le mot adoration/adorer est repris dans le texte) et plus encore, Jésus se révèle, pour la première fois et explicitement comme le Messie. La Samaritaine n’a retenu et partagé que ce qui la concernait directement : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. » Ce n’est pas seulement de l’égocentrisme de la part de cette femme, sur le mode : « parlez-moi de moi. » Jésus sait que la Bonne Nouvelle qu’Il annonce doit concerner chacun de nous. La Bonne Nouvelle vient rayonner au milieu de nos blessures, de nos tristesses, de nos solitudes avant d’atteindre les meilleures parts de nous-mêmes. Jésus parle à la Samaritaine des échecs de sa vie, ses 5 maris et le 6ème qui n’est pas le sien, pour mieux lui ouvrir un avenir, pour mieux l’inviter à l’Alliance Nouvelle et Eternelle.

Posons-nous donc la question : qu’est-ce que j’aimerai m’entendre dire par Jésus ? sur quel point de mon existence, j’aimerai qu’il me parle ? Il y a fort à parier que c’est à partir de là que commencera pour nous une longue et belle conversation avec Jésus. Nous nous élargirons à son monde à  Lui, le Royaume de Dieu et nous serons profondément désaltéré. Nous aurons aussi l’audace de parler de Jésus autour de nous et de faire connaître non seulement « Celui qui m’a dit tout ce que j’ai fait » mais surtout le Messie, le Sauveur du monde.

 
Mise en ligne le Jeudi 23 Mars, 2017