unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > La loi qui divinise

 

 

 

La loi qui divinise
 

« Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi ». Il y a un problème ! La loi de Dieu est mélangée à la tradition des hommes. Pire encore, la Loi est trahie par le commentaire. Jésus dénonce ici cette trahison qu’Il dénoncera souvent ailleurs. Jésus revendique d’être le juge de l’enseignement religieux mais aussi l’interprète authentique de la Parole de Dieu. 

« Vous avez appris…moi je vous dis. » Jésus connaît l’enseignement donné parce qu’Il l’a suivi. Il a probablement fréquenté les écoles des scribes et des pharisiens avant de s’en détacher. Jésus vient mettre de l’ordre dans la religion ; il est, à tout le moins, un réformateur de la pratique juive de son temps. Son objectif premier est de distinguer la Parole divine de la tradition des hommes, de subordonner la tradition des hommes à la Parole divine. Il applique cette méthode à divers commandements (on l’a entendu sur l’interdit du meurtre, sur le mariage, sur la franchise). Chaque fois, Jésus vient libérer cette Parole divine des accommodements que les hommes se sont donnés. C’est la première manière que Jésus a de rétablir les commandements car Il est venu, nous dit-il, accomplir et non pas abolir.
Cet enseignement doit toujours être à notre esprit pour ne pas rendre vaine la Parole de Dieu. Nous devons toujours revenir à la source. Est-ce que ce que j’ai compris est ce qui m’a été enseigné ? Est-ce que ce qui m’a été enseigné est conforme à la Parole de Dieu ? L’Église, en remettant l’Evangile au diacre et au prêtre, fait cette prière : « Croyez ce que vous aurez lu, enseignez ce que vous aurez cru, pratiquez ce que vous aurez enseigné. » La source est la Parole de Dieu.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
   
 

Jésus est l’interprète authentique de la Parole de Dieu. Il nous apprend à la lire et à l’interpréter. L’interprétation se fait soit à partir de l’auteur, soit à partir du destinataire. Le destinataire va adapter le commandement à ses besoins ou à ses limites. Jésus ne s’y oppose pas d’emblée, il dira que la Loi est faite pour l’homme et non l’homme pour la Loi ; car la Loi n’a pas sa fin en elle-même.
Pourtant, il est des adaptations qui trahissent la Parole : « Tu haïras ton ennemi » est de celles-là. Elle n’est pas dans l’A.T. Elle semble s’être développée comme une protection d’une communauté envers ses adversaires. Les Esséniens, sorte de communauté religieuse juive à l’époque du Christ, auraient formalisé ce repli sur eux-mêmes et diabolisé leurs opposants. La communauté se perçoit alors comme séparée du reste d’un monde hostile.    Les temps d’épreuves, et nous y sommes, sont propices à ce refus de l’autre, à enfermer l’adversaire dans la position d’un ennemi à détruire. La communauté s’idolâtre elle-même ; c’était vrai hier, cela se voit encore aujourd’hui dans un certain nombre de replis sur soi, de communautarismes ou de nationalismes.

« Tu aimeras ton prochain » Jésus l’interprète en raison de son auteur : « Dieu qui fait lever son soleil sur les bons et les méchants ». Le prochain doit être le premier à recevoir un amour mais pas le dernier. Cet amour devra s’étendre de proche en proche à tous les hommes jusqu’aux plus lointains, jusqu’aux ennemis. Voilà le sens du commandement. La communauté de départ (où l’on s’aime plus facilement car on se ressemble) sera le signe et l’instrument de la fraternité universelle que Dieu veut constituer. Et Jésus établira l’Église comme sacrement de l’unité du genre humain, elle sera le pont entre les différentes communautés.
 Le commandement est divin parce qu’il nous divinise, c’est pour cela qu’il ne faut pas l’amputer ni le trahir. Il nous rend semblable à son divin Auteur.
Pour vivre cet Evangile, Jésus  qui le promulgue et qui, le premier, l’accomplit, ne reste pas loin, ni hors de nous. Il se fait grâce sacramentelle pour se communiquer à nous et venir vivre en nous cette Loi sublime qui divinise l’homme. Que cette Eucharistie nous apprenne à recevoir la force d’aimer comme Jésus nous a aimés et comme Il ne cesse pas de nous aimer maintenant et dans les siècles des siècles.

 
Mise en ligne le Lundi 20 Février, 2017