unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Parole et Sacrifice

 

 

 

Parole et Sacrifice
 

« Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? » Autant la Parole de Dieu peut nous réjouir, autant elle peut nous heurter. Et c’est tant mieux.


Cette parole est rude ! Nous nous égarerions à vouloir adoucir ou abroger la Parole lorsqu’elle est difficile pour la réduire à notre compréhension. Cette rudesse a plusieurs utilités.
Avez-vous remarqué que, souvent, l’on commence à écouter et à réfléchir à ce que vous dites quand vous exprimez un net désaccord. La parole rude vient heurter une idée ou une conviction. Elle vient aussi sortir votre auditeur de ce qu’il croit que vous allez dire. On se pose en s’opposant. La parole rude provoque ainsi une rencontre. Il y a quelqu’un en face de moi qui ne pense pas comme moi. Une différence est expérimentée.
Une parole est rude aussi du fait de la puissance dont elle est pleine et qui vient ainsi nous bousculer pour nous faire bouger nos limites, car Dieu veut toujours élargir notre cœur.
Enfin, pour nous parler, Jésus utilise l’ensemble des possibilités du langage. Du silence au cri, toute la palette du langage est employée et donc aussi ces paroles rudes que nous avons à nous efforcer d’accueillir : Laissez les morts enterrer les morts ! Celui qui aime son père et sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ! St Paul est dans la même attitude lorsqu’il nous dit « Femmes, soyez soumises à votre époux ». Cela nous rudoie mais cela doit nous donner à penser.
Cette parole rude est en écho avec une autre parole, ô combien exigeante : « vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ, Il a aimé l’Église, Il s’est livré pour elle. » St Paul ne parle pas d’abord du mariage, « je le dis en pensant au Christ et à l’Église ». St Paul n’établit pas un mariage phallocratique. Contrairement à ce qu’une lecture superficielle laisserait entendre, en fait, ce passage dynamite en profondeur tout ce que le mariage pourrait avoir de patriarcal, même si cela a pris plusieurs siècles ! L’époux doit aimer sa femme jusqu’au sacrifice de lui-même, comme le Christ s’est livré sur l’autel de la Croix pour l’Église. Le mariage chrétien doit être l’image du don du Christ sur la Croix à l’Église. La parole rude n’est donc pas celle que l’on croyait de prime abord.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 


« Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme,  et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. » Voilà la rude parole qui fait fuir un certain nombre de disciples qui décidèrent d’abandonner Jésus.
Cela rejoint le mystère dont nous parle St Paul. Le Christ s’est livré sur la Croix pour le salut du monde et l’Église se soumet à ce sacrifice en acceptant que le Christ se sacrifie pour elle. Cette soumission n’est pas simplement mentale ou d’intention, elle s’est concrètement exprimée au moment de l’accomplissement des Mystères du Salut. D’abord lorsque les Apôtres à la Cène ont mangé le pain que le Christ leur a partagé, quand ils ont bu à la coupe même s’ils n’ont pas compris alors la portée de ce geste. Mais c’est au pied de la Croix, le Vendredi saint que ce Sacrifice est accepté. Lorsque Jésus est descendu de la Croix et remis à sa Mère, Marie est alors N-D. du Consentement qui accepte que son Fils aie donné sa vie librement pour le Salut du monde. Marie accepte au nom de l’Église d’être aimée jusque là. C’est la soumission de l’Église dont parle St Paul. Dans le mariage, nous sommes attentifs à lire une réciprocité : chacun des époux est le Christ pour son conjoint quand il se sacrifie et il est l’Église en se soumettant à ce sacrifice car le mariage doit proclamer l’Alliance du Christ et de l’Église.

En célébrant cette Eucharistie, nous nous mettons au pied de la Croix, nous contemplons le Sacrifice du Christ. Il s’est donné à nous librement et totalement, Il nous a aimés jusque là. Communier signifie donc accepter que le Christ nous aie aimés jusque là et nous engage à exprimer par toute notre vie ce don total, car il s’agit de l’Alliance du Christ et de l’Église maintenant et pour les siècles des siècles.

 
Mise en ligne le Mercredi 29 Août, 2018