unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > beaucoup plus qu'un miracle !

 

 

 

Beaucoup plus qu'un miracle!
 

Attention, ce miracle est infiniment plus qu’un miracle ! La guérison de Bartimée n’intervient pas n’importe où ni n’importe quand. Il s’agit plus d’une proclamation générale du salut que d’une simple guérison.



« Jésus sortait de Jéricho » et Il se rend à Jérusalem. Jésus va passer aux actes, Il va bientôt entrer dans sa Passion qu’Il avait annoncée par 3 fois à ses disciples sans que ceux-ci ne comprennent vraiment de quoi Il parlait. Cette dernière étape vient ainsi ponctuer le ministère de Jésus en Galilée avant son entrée triomphale à Jérusalem et les enseignements qu’Il y donnera. C’est donc une prédication par la géographie.
Jéricho n’est pas n’importe quelle ville. Elle passe pour être l’une des plus anciennes du monde, celle à l’altitude la plus basse (240 mètres sous le niveau de la mer) et elle  fut la première conquise par les Hébreux au sortir de l’Exode. Elle est le lieu symbolique de l’humanité dans sa dimension sociale et d’une humanité dans les profondeurs en quête de salut. Bartimée est plus qu’un aveugle, il représente à son tour cette humanité en détresse, aveugle, pauvre, au bord du chemin et exclue par ceux qui veulent le faire taire.
Jérusalem vers où Jésus se rend est bien sûr le lieu de l’Alliance de Dieu avec son Peuple. Son altitude à plus de 800 mètres nous dit la hauteur que nous devons prendre. Jésus vient faire le lien entre les deux. En route sur ce chemin de Jéricho à Jérusalem, Il entraine avec Lui l’humanité (les disciples, la foule et Bartimée) depuis les profondeurs de l’angoisse vers les hauteurs de la joie.
Savons-nous où nous situons-nous ? Sommes-nous encore enfermés dans notre Jéricho personnelle, en panne au bord du chemin, ou comme cette foule qui commence à suivre Jésus, ou comme les disciples qui s’avancent avec Jésus ? Pensons-nous notre vie chrétienne comme une progression avec et par le Christ ?

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

« Jésus, Fils de David, prends pitié de moi. » Tout le ministère de Jésus s’était fait jusque là dans la discrétion. Jésus fuyait les foules qui voulaient le faire roi. Jésus interdisait à ceux qu’Il avait guéri de le dire mais ce secret messianique n’a plus cours désormais. Jésus a instruit ses disciples de la manière dont il serait le Messie, Il leur a dit qu’Il est venu servir et non être servi. Jésus accepte que ce titre de « Fils de David » soit ainsi proclamé en sa faveur et qui anticipe son entrée triomphale à Jérusalem. Il est d’ailleurs remarquable que ce soit Bartimée, qui le reconnaît comme Messie. L’aveugle ne manque pas de clairvoyance en fait, il proclame sa foi en Jésus.
Dès lors, quelle foi avons-nous en Jésus ? Est-ce un magicien guérisseur que nous prions, un messie terrestre qui dissiperait les difficultés comme par enchantement, comme la Française des Jeux ou bien est-ce Celui qui vient prendre pitié de nous,  illuminer nos vie de la miséricorde divine ?
« Aussitôt, il suivait Jésus sur le chemin. » Bartimée n’a pas fait de sa guérison un bénéfice personnel. Nous pourrions l’imaginer restant à Jéricho reprenant une vie normale. Pourtant, dans l’évangile, les guérisons n’ont pas de visées médicales, elles sont missionnaires, elles sont vocationnelles. Sa foi l’avait déjà guéri des ténèbres de l’ignorance puisqu’il proclamait Jésus, Fils de David. La guérison de Bartimée vient lui permettre de suivre Jésus, de se mettre dans le rang de ses disciples, d’avancer avec Lui vers l’accomplissement de l’Alliance comme la belle-mère de Simon guérie de sa fièvre s’était mise au service de Jésus.
Nous pouvons alors nous demander en vue de quelle mission, en vue de quel service nous adressons à Dieu nos demandes de guérison de tous ordres. Est-ce que la guérison que je demande est pour me mettre au service de Jésus ? Est-elle pour la gloire de Dieu et le Salut du monde ? Est-ce bien cette guérison-là que réclame le service de Jésus (Marthe Robin n’a pas été guérie !)
Que cette Eucharistie où le Fils de David nous demande ce que nous voulons nous aide à répondre à son appel et à prendre la route avec Lui. Il nous emmène vers la vie éternelle.

 
Mise en ligne le 3 septembre