unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Soyons exemplaires d'Espérance

 

 

 

Soyons exemplaires d'Espérance
 

« Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Aux Thessaloniciens, St Paul ne craint pas de se donner en exemple. Il dit et il fait. Aux Corinthiens, il est aussi très direct : « Imitez-moi, comme moi aussi j’imite le Christ. Je vous félicite de vous souvenir si bien de moi, et de garder les traditions que je vous ai transmises. » Pourquoi St Paul se met-il en avant ?


Pour qui se prend st Paul ? Nous avons appris depuis notre enfance qu’il ne faut pas se mettre en avant et que l’humilité est la plus grande des vertus chrétiennes. Est-ce que St Paul est légitime à se donner en exemple ? Certes, Paul a un caractère très fort, c’est un grand affectif mais ce n’est pas en raison de sa psychologie qu’il se donne en exemple. Si c’était le cas, ce serait détestable, il serait comme tous les gourous de la terre ou toutes ces personnalités qui se prennent pour le centre du monde. St Paul se donne en exemple non pas à cause de lui-même mais à cause de sa rencontre avec le Christ ressuscité sur le chemin de Damas. Sa conversion est un retournement complet, une véritable mort à son ancienne vie et une renaissance dans la foi au Christ. Il a pu écrire « Ce n’est plus moi qui vit, mais c’est le Christ qui vit en moi. » Il est cet homme nouveau qui ne s’appartient plus. Sa consécration comme apôtre le saisit tout entier ou plutôt le dessaisit complètement de lui-même. Il est tout entier livré à la mission et tout entier offert à l’Église.
L’exemplarité de Paul est donc celle de l’action du Christ en lui. La grâce de la foi illumine son intelligence et déborde en prédication, celle de l’espérance lui donne l’énergie de la mission et celle de la charité lui donne le souci de chacun.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 


« Vous avez appris de nous. » « Vous savez quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus. »  Paul rappelle aux Thessaloniciens le travail qu’il a accompli auprès d’eux. Son exemple s’est traduit en mots, en catéchèses, en règles de conduite, en instructions diverses. Il a tiré de son expérience personnelle un enseignement pour la communauté chrétienne qu’il suscitait. Il a traduit pour les autres ce qu’il a reçu du Christ. « Je vous ai transmis ce que j’ai moi-même reçu » écrira-t-il ailleurs. Il s’est fait messager et pédagogue. Il écrit à cette communauté pour stimuler son zèle à suivre, pratiquer l’enseignement déjà reçu et lui dire son amour.
En cet Avent, imitons celui qui imite Jésus. Dans notre monde désenchanté, soyons exemplaires d’espérance. Laissons l’espérance s’exprimer. Disons notre désir de la réalisation du salut. L’Avent nous incite à dire notre attente non pas des festivités de Noël mais notre désir de la venue dans la Gloire du Messie, Celui-là même qui est né dans l’humilité. C’est l’espérance du « bonheur que tu promets » que nous célébrons de dimanche en dimanche.
Dire notre espérance du salut réclame de ne pas mettre nos espoirs dans des réalités qui n’ont pas les promesses de la vie éternelle. Attendre le retour glorieux du Messie veut dire de ne pas mettre la raison de notre joie dans tel homme politique, tel mouvement social ou dans un consumérisme, tous décevant par nature. Vous aurez remarqué comment on passe toujours d’une déception à une autre quand nous trompons notre espérance par des illusions.
Cela suppose aussi que nous soyons capables de la traduire en actes et en mots auprès de ceux avec qui nous vivons. En actes, par une joyeuse sobriété et par la construction de la paix ; en mots à la manière de Jérémie qui parle d’un pays où le droit, la justice et la sécurité seront définitivement établis. Prenons la peine de nous dire ce que nous attendons vraiment, de prendre conscience de qui nous l’attendons et d’adresser à Celui qui vient notre hâte de le voir. « Que ton règne vienne ! »

Que cette Eucharistie où Jésus qui reviendra dans la gloire s’approche déjà sous les humbles signes du pain et du vin nous apprenne à vivre selon cette espérance.

 

 
Mise en ligne le 3 septembre