unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Jean-Baptiste, un homme libre

 

 

 

Jean-Baptiste, un homme libre
 

La naissance de Jean-Baptiste est un événement majeur qui nous renvoie à chacune de nos naissances. Le plus grand des enfants des hommes nous rappelle notre dignité humaine et notre vocation spirituelle.


« Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais. » Cette parole du prophète Jérémie s’applique de façon particulière aux prophètes et à St JB mais aussi pour nous tous. Chacun de nous est le fruit d’une pensée de Dieu (Benoit XVI). Nul d’entre nous n’existerait si Dieu ne l’avait voulu, si Dieu ne l’avait décidé dans une parole d’amour, première et fondatrice. Tant que cette parole divine n’est pas prononcée en Dieu, nous n’existons pas. Dès que Dieu la proclame, nous sommes conçus. Cela nous rappelle que l’homme est, dès sa conception, le fruit d’une intention et d’une volonté divines dont les parents sont les collaborateurs matériels. Notre existence est, toujours, par elle-même le signe de cet amour fondateur de Dieu pour chacune de ses créatures. La naissance de JB nous apprend que chacune de nos naissances est d’abord une bénédiction à croire et à déchiffrer.
« Ils voulais l’appeler Zacharie du nom de son père. » Il existe une tendance naturelle à enfermer la vie des hommes dans ce qui est déjà connu. Tu t’appelleras Zacharie comme ton père, tu seras charpentier comme ton père… C’est le poids de l’instrument. Nous sommes tous marqués par des déterminismes biologiques, économiques, culturels et sociaux. Il serait vain de les nier. C’est un héritage dont nous devons être conscients. Un certain nombre de transmissions heureuses ou malheureuses s’accomplissent ainsi. Il est important d’en être conscient chacun pour la part qui sera la sienne mais aussi ensemble vis-à-vis de nos héritages. Nous n’échappons ni aux lois de la nature ni à nos déterminations mais les connaître nous permet de les maîtriser.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

C’est pourquoi le récit des histoires familiales comme le récit de l’histoire d’une Nation, l’apprentissage et la maîtrise de sa langue et de sa culture sont des apprentissages nécessaires et humainement structurants ; par ailleurs, une histoire ignorée ou niée est une histoire qui hante ceux qui l’ignorent ou la refusent. Toutefois, être déterminé n’est pas équivalent à être enfermé. La force des déterministes n’est jamais une prison. L’entourage d’Elisabeth veut imposer sa volonté, sa tradition sociale et nous voyons Elisabeth rappeler la singularité de l’enfant.
« Jean est son nom. » Ce nom n’appartient pas à la logique familiale. Ce nom inattendu indique que son histoire tout en s’inscrivant dans celle de sa famille vient inaugurer une page blanche. Cet enfant vient de plus loin que ce qu’en voit l’entourage. Il est porteur d’une grâce : Jean signifie « Dieu fait grâce. » Il vient écarter ce cercle des déterminations. Il vient ouvrir et élargir ce cercle jusque là trop étroit. La grâce divine fonde la liberté de Jean-Baptiste comme notre liberté personnelle s’enracine dans cette vocation spirituelle qui est à la base de nos existences. Cette liberté est toujours associée à une mission, elle est pour la réalisation de cette mission qui nous permet d’être pleinement nous-mêmes. Jean-Baptiste sera le Précurseur du Christ, il le désignera aux yeux du monde. Pour cela, il doit être libre des ambitions de ses parents, libres des préjugés de son entourage, libres de toutes les peurs qui assaillent l’homme et enfin libre de lui-même. La vie de JB est celle d’un homme libre.
Ce que JB fut en son temps, nous pouvons le devenir. Il faut pour cela que nous prenions au sérieux cette parole divine première et fondatrice, que nous croyions que notre héritage humain n’est pas une prison mais un instrument que nous devons maîtriser, que nous écoutions au fond de notre cœur l’appel de Dieu à annoncer le Christ à ce monde. C’est ainsi que nous susciterons l’étonnement de tous devant l’action de la grâce de Dieu en nous. C’est ainsi que nous serons nous-mêmes dans l’étonnement de ce que Dieu veut accomplir par nous.

Que cette Eucharistie nous aide à découvrir quel nom et quelle mission le Seigneur nous a confiés pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

 
Mise en ligne le Lundi 9 Juillet, 2018