unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > L'Esprit-Saint et nous-mêmes...

 

 

 

L'Esprit-saint et nous-mêmes...

 

« L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé. » Les Apôtres ne craignent pas d’exprimer ainsi leur conscience de la présence et de l’action de Dieu. Illusion, prétention risible ou humble confession de foi ? Hier comme aujourd’hui, l’Église est bien le Temple de l’Esprit.
« L’Esprit Saint et nous-mêmes. » Quand les Apôtres s’expriment ainsi, ce n’est pas le délire autoritaire d’un petit groupe de fanatiques. Depuis la Pentecôte, les premiers chrétiens vivent une expérience communautaire forte, « assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. » Ils partagent volontiers leur foi et leur vie, malgré une persécution bien réelle. Ils découvrent que connaître et faire connaître le Christ déploient en eux une joie et une force inédites. Ces premiers chrétiens comprennent que, selon la promesse du Christ, est présent au milieu d’eux l’Esprit Saint qui prépare les cœurs à recevoir l’annonce de la Parole. Avant d’avoir à croire en la présence de l’Esprit, ils en ont fait l’expérience.
« Les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église. » Cette présence de l’Esprit n’est pas magique. C’est même tout le contraire. Ce premier problème que rencontre l’Église montre que sa vie n’est pas hors du monde, l’Église n’est pas un îlot où tout ne serait que « luxe, calme et volupté. » Les Chrétiens connaissent vite la persécution à l’extérieur et les disputes à l’intérieur. Ça n’a pas beaucoup changé… Le problème présenté ici, entre chrétiens issus du judaïsme et ceux issus du paganisme, a traversé les communautés et en fin de compte remonte aux Apôtres.  Se met en place une procédure toute humaine où une autorité est saisie d’une question, où le problème est exposé avec arguments et contre-arguments, délibération, décision et notification. Mais l’exercice de cette décision se vit dans la prière, se réfère à la parole du Christ et la foi irrigue la réflexion des Apôtres. Le but est de découvrir où se joue la fidélité à Dieu dans une circonstance précise. Se met en place la manière que l’Église a de se disposer à la volonté de Dieu et à la discerner et qui débouchera, notamment, sur la pratique des Conciles et des Synodes.
« Chez lui, nous nous ferons une demeure. » Le Christ nous a promis sa présence. Avec Lui, c’est bien toute la Trinité qui fait sa demeure dans le cœur des disciples comme dans l’Église. Par Lui, Dieu est avec nous. Nous avons besoin de cette présence car sans Lui, « nous ne pouvons rien faire » nous a prévenu Jésus. Cette présence divine ne s’impose pas à nous, elle est offerte à ceux qui « aime le Christ et garde sa parole. »  La condition de cette présence en est aussi la preuve ; cela ne doit pas nous enorgueillir de nous-mêmes mais au contraire nous livrer davantage à la grâce pour être ici-bas la visibilité de la présence de Dieu. La sainteté de certains montre comment cette visibilité s’exprime diversement. L’Église, elle, bénéficie de la garantie de cette présence, c’est pourquoi nous confessons que l’Église est sainte même si elle est composée de pécheurs. Cette sainteté lui permet d’être dans le monde à sa mission parce qu’elle est établie comme signe et instrument du salut,
Que cette Eucharistie où l’Esprit consacre le pain et le vin ainsi que notre assemblée nous fasse mieux croire en sa présence pour nous livrer à son action. C’est ainsi que nous expérimenterons comment Dieu fait sa demeure en nous maintenant et dans les siècles des siècles.

 

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

 

 
Mise en ligne le 15 avril 2019