unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Indices de l'Esprit !

 

 

 

Indices de l'Esprit !
 

« Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues. » Faut-il parler subitement en d’autres langues pour être sûrs d’être remplis de l’Esprit Saint ? Qu’est-ce que le miracle du don des langues nous révèle de l’Esprit Saint dans nos vies, même si on ne parle que sa langue maternelle ? A quoi reconnaître la présence du Saint-Esprit en soi ?
« Des langues qu’on eut dites de feu se posèrent sur chacun d’eux. » Cette première manifestation de l’Esprit évoque la chaleur. Il convient tout d’abord de ne pas confondre les dimensions spirituelle, affective et physique mais de ne pas les isoler non plus. L’Esprit Saint n’est pas une source d’énergie physique au même sens que la nourriture que nous prenons mais sa présence nous procure une force spirituelle qui permet à nos énergies de se déployer. L’image du feu qui embrase peut exprimer cette capacité de la présence de l’Esprit de mobiliser l’ensemble de nos capacités en puissance d’action. De cette manière-là, l’Esprit est bien une puissance qui libère les énergies de l’homme, lui donne une audace et une joie chaleureuse.
« Nous les entendons parler des merveilles de Dieu. » Un effet de l’Esprit-Saint est de nous donner à voir et à dire les merveilles de Dieu. Cela peut commencer par une capacité à voir le verre à moitié plein plus qu’à moitié vide, à voir ce que l’on a reçu plutôt que ce dont on manque. Une telle disposition d’esprit fait déjà beaucoup de bien à l’humeur des uns et des autres. C’est souvent le premier appui d’une sincère action de grâce. Découvrir et reconnaître ce qui a été donné.
Voir et dire les merveilles de Dieu va toutefois encore plus loin. Il s’agit de découvrir les ressorts de l’action divine en ce monde. La présence de l’Esprit fait nommer dans la vie de chacun la grâce de Dieu. Ce n’est ni le hasard, ni la nécessité qui est la cause de telle ou telle beauté, ou de telle ou telle capacité mais une intention divine expresse. L’Esprit permet de reconnaître dans l’épaisseur d’un événement la patte de Dieu. C’est un regard nouveau qui est posé sur le monde et sur chacun où est mise en évidence la bienveillance divine. Derrière ces merveilles de Dieu, il y a l’intelligence du projet de Salut que l’on identifie. Enfin, la plus grande des merveilles de Dieu est tout simplement sa présence à nos vies. « Dieu était là et je ne le savais pas », disait Jacob. L’Esprit nous atteste sa présence.
« Chacun de nous les comprend dans son propre dialecte, sa langue maternelle. » Un autre aspect de la présence de l’Esprit est ce langage empathique. Ce don des langues est une capacité pratique de communication de cœur à cœur, un langage universel qui rend proche de tout homme et qui surmonte les barrières culturelles et psychologiques que nous pouvons connaître. Le cœur habité par l’Esprit est sensible à celui qu’il rencontre tel qu’il est. Il ne craint pas de s’approcher désarmé de l’autre pour pouvoir entrer en dialogue. Le langage n’est plus un instrument social d’activité ou, parfois, de manipulation mais il devient un espace de liberté qui permet un échange heureux et pacifique, une communion profonde entre les personnes Parmi les grandes figures de notre Église contemporaine, Jean Vanier, par le langage de la tendresse et de l’humilité qu’il a développé toute sa vie, était capable de cette communication universelle.

Que cette Eucharistie où l’Esprit consacre notre vie et nos offrandes sur l’Autel nous permette de ressentir sa présence et de proclamer à chacun autour de nous les merveilles de Dieu, ce sera notre joie dans les siècles des siècles.


Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

 

 
Mise en ligne le 19 mai