unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies du Diacre > Répondre à l’appel pour demain

 

 

 

Répondre à l’appel pour demain

 

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,
Quelle scène étonnante ! Jésus appelle Simon et André afin d’en faire des « pécheurs d’hommes », puis Jacques et Jean et ceux-ci semblent répondre instantanément laissant travail, père, compagnons de labeur.

 

Cette spontanéité a de quoi surprendre au point que des exégètes pensent que les quatre hommes connaissaient déjà le Christ et qu’ils l’ont suivi parce qu’ils le connaissaient. Quoiqu’il en soit, l’appel est déterminant et forme un thème commun aux textes de la liturgie de ce jour. Appel à la conversion avec Jonas traversant Ninive, avec Paul s’adressant à la communauté de Corinthe au point sans doute que les premiers chrétiens estimaient le retour du Christ dans un délai très court, appel de Jésus à le suivre, formant ainsi le noyau des Douze qui vont l’accompagner. C’est ainsi que la longue chaîne de la transmission de la Foi a débuté, finalement modestement. Mais cet appel du Christ n’a cessé d’avoir des échos. En 1902, un jeune séminariste écrivait : « Quelle douceur de penser à ce que Jésus a fait pour fonder l’Eglise. Au lieu d’aller chercher les savants et les sages dans les académies, les synagogues et les chaires, il a jeté son regard plein d’amour sur douze pauvres pêcheurs, rudes et ignorants. Il les a admis à son école, leur a livré ses confidences les plus intimes, en a fait l’objet de sa tendresse et de son amour, et leur a confié la grande mission de changer l’humanité ». Ce jeune séminariste s’appelait Angelo Roncalli. Ordonné prêtre en 1904, il fut élu pape en 1958 sous le nom de Jean XXIII.

Depuis les origines de l’Eglise, des hommes ont répondu à cet appel. Ce sont les prêtres. Je souhaite vous parler de ceux qui répondent à l’appel aujourd’hui. L’Annuaire pontifical de 2016 indique que le nombre de prêtres a diminué de 2 502 prêtres en Europe mais a augmenté de 47 en Amérique, de 82 en Océanie, de 1 104 en Asie et de 1 133 en Afrique.  En France, le nombre de prêtres est passé de 29 000 en 1995, à 16 000 en 2005 et à 12 000 en 2015 selon les chiffres fournis par la conférence épiscopale. Entre 2015 et 2017, le nombre de séminaristes a diminué de 10% en Europe, de 8% en Amérique, a augmenté de 4,5% en Asie et de 8% en Afrique. De 2010 à 2015, le nombre de diacres a augmenté de 14% dans le monde catholique, passant de 39 564 à 45 255. De nos jours, le diocèse de Toulouse compte 121 prêtres en activité et 35 diacres. Huit séminaristes se préparent pour le sacerdoce dans notre diocèse et trois ordinations devraient avoir lieu cette année. Ces prêtres et séminaristes sont certes moins nombreux qu’auparavant mais ils ont discerné leur engagement et l’on peut être sûr que ce ne sont pas des bénéfices, des privilèges ou des convenances familiales qui les font entrer au service du Christ mais bien la volonté de répondre à son appel. Dés lors, faut-il se lamenter en regrettant un âge d’or qui, comme tout âge d’or est perçu derrière nous ? Faut-il regretter un IVe siècle qui a vu l’expansion du christianisme et un Saint Jean Chrysostome tenant des propos d’une rare violence contre les Juifs ? Faut-il regretter les XIIe et XIIIe siècles qui voient l’émergence de nos superbes cathédrales gothiques et les figures de Bernard de Clervaux, de François d’Assise, de Dominique de Guzman mais dont les foules chrétiennes étaient écartées des Ecritures et dont les pratiques approchaient la superstition ? Faut-il regretter les XVIe et XVIIe siècles qui permettent la Réforme catholique et une meilleure formation des prêtres dans les séminaires mais qui voient protestants et catholiques se massacrer en Europe ? Faut-il regretter le début du XXe siècle où les séminaires sont emplis mais où l’intelligence catholique est en partie sclérosée par la condamnation de grands penseurs catholiques tels le père Lagrange, fondateur de l’Ecole biblique de Jérusalem, puis, un peu plus tard, des pères Congar, de Lubac et Chenu ? Non, chers Frères et Soeurs, ne regardons pas vers le passé mais répondons aux appels d’aujourd’hui en vue de préparer demain dans une Église différente, qui devra faire preuve d’audace et de créativité, mais qui restera passeuse de la Foi. Entourons nos prêtres de notre amitié, de notre soutien, apportons leur notre aide alors que leurs responsabilités sont lourdes et qu’ils sont moins nombreux. Demandons-nous comment, à notre tour et dans notre monde, nous pouvons devenir des « pêcheurs d’hommes ». Aussi, permettez-moi de christianiser à notre endroit l’injonction du président Kennedy au peuple américain : « Ne te demande pas seulement ce que le Christ et tes frères peuvent faire pour toi, mais demande-toi ce que tu peux faire pour le Christ et tes frères ».

           

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

 

 

 

 
Mise en ligne le Lundi 5 Février, 2018