unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Célébrer les Sacrements > L'Eucharistie > Aller plus loin - Essentiels
 

 

 

L'Eucharistie
  Essentiels
Pourquoi est-il important d'aller à la messe ?

Pourquoi la Messe est-elle importante pour la croissance de la foi ?

D'abord, le rassemblement dominical nous fait participer à l'événement de Pâques, le passage par la mort et la résurrection du Christ. Nous apportons notre vie de couple, notre vie familiale à chaque eucharistie. Nous remémorons les événements de la semaine et ce sacrement transforme notre présent et nous ouvre un avenir. Le dimanche, c'est un don, un rendez-vous. Et l'Église, Peuple de Dieu, se doit de se rassembler pour répondre à l'appel du Christ : "Faites cela en mémoire de moi".

Ensuite, nous ne pouvons pas être chrétiens tout seuls. Nous n'allons pas à la messe pour nous, individuellement, mais pour entrer dans le "je crois" d'une communauté de frères et soeurs qui ensemble, sont le Corps du Christ, l'Église.

La communauté chrétienne représente "le milieu nourricier de l'expérience de la foi", selon l'expression de Mgr Christophe Dufour, évêque de Limoges, président de la Commission épiscopale de la catéchèse et du catéchuménat. Pour lui, la foi que nous voulons transmettre est d'abord une vie, et cette vie a besoin, pour grandir, de tout un environnement : "C'est cet environnement qu'en d'autres lieux on appelle "écosystème". Oserais-je utiliser cette métaphore pour dire qu'une communauté est nécessaire pour transmettre et faire grandir la foi ?". Et la communauté chrétienne est un "écosystème de la foi" quand elle se nourrit de la Parole de Dieu.

Notre Église est riche d'initiatives qui font découvrir, lire, écouter, chanter, mimer la Parole de Dieu pour qu'elle entre, par nos sens, dans nos têtes et dans nos coeurs. Elle offre une multitude d'images à travers lesquelles peut se révéler l'amour de Dieu pour son peuple. Dans sa Parole, Dieu vient à notre rencontre.



L'Adoration Eucharistique :
pourquoi et comment ?

Beaucoup de fidèles trouvent dans l'adoration force et réconfort. D'autres au contraire sont gênés par ces pratiques, qu'ils jugent trop affectives et trop démonstratives. Qu'en est-il en réalité ?

Sonnerie de clochettes à la messe, élévation de l'hostie génuflexion: toutes ces marques de de vénération, sont nées au temps des cathédrales pour éduquer une foule vivante, turbulente, plus attentive aux signes matériels qu' à l'intériorité. C'est de cette époque aussi que date la pratique qui consiste à exposer dans un « ostensoir » après la fin de la messe, l'hostie consacrée – que l'on appelle le Saint Sacrement - pour que tous les fidèles puissent la voir et la vénérer. A partir de là, les pratiques se multiplient : l'ostensoir sort de l'église pour une procession à la Fête-Dieu, l'adoration se prolonge après la messe, parfois même s'en détache. Certaines personnes passent des heures, voire des nuits entières, en présence du Saint-Sacrement.

Le sens du geste
Adorer le Saint- Sacrement, c'est reconnaître la présence réelle du Corps et du Sang du Christ dans le signe – sacrement veut dire signe – du pain et du vin, consacrés au moment de la messe. L'adoration est l'expression de notre reconnaissance et de notre émerveillement pour ce que le Christ a fait pour nous : avant de verser son sang pour nous sauver, lors de son dernier repas, il nous a donné sa chair en nourriture (Jean, 6). Désormais, il est présent au milieu de son peuple, l'Église, tous les jours et jusqu'à la fin des temps.

Adorer, c'est donc se mettre en sa présence afin de laisser l'amour grandir en nous. L'adoration du Corps eucharistique du Christ se fait lors de la célébration de la messe, particulièrement au moment de la consécration et de la communion. Mais l'exposition et l'adoration du Saint- Sacrement, l'après-midi ou en soirée, peuvent prolonger ce temps d'adoration. Mais il ne faut pas oublier que le Christ est aussi présent dans sa Parole et en chacun de nous lorsque nous communions : nous sommes le corps du Christ.

Un temps de dépouillement
L' adoration eucharistique est à double sens : le Christ Jésus s'expose à notre regard et à notre prière et il nous invite aussi en retour à nous exposer nous mêmes à son regard. Ainsi, l'adoration silencieuse peut-elle être un temps de dépouillement, de dépossession et de foi nue. L'adoration peut donner une impression de perte de temps, d'inutilité. Mais marquer ainsi un arrêt dans la course de nos agendas, c'est comme remettre les choses à leur place. De grandes figures comme Jean-Paul II, Mère Teresa, Soeur Emmanuelle, Dom Helder Camara nous montrent la voie.

Conseils pour un temps d'adoration

• Se réjouir d'être en présence du Christ.

• Relier ce temps d'adoration à la Parole de Dieu
en lisant un texte de l'Écriture.

• S'offrir à Dieu dans la confiance en son action avec tout ce que l'on est :
ses peines, ses faiblesses, ses fautes, ses soucis, ses questions, etc.

• Lui demander la force de son Esprit et tout ce dont nous avons besoin
pour suivre le Christ et mettre notre vie au service des autres.

• Prier pour tous ceux que nous connaissons ou qui nous entourent.
Ouvrir sa prière à l'Église tout entière et au monde.

• Ne pas s'inquiéter des moments de silence intérieur à traverser.



L'Eucharistie, un grand mystère !

L'eucharistie est bien la chose la plus étrange et la plus mystérieuse qui soit. Comment comprendre que ce morceau de pain rond devienne
le corps du Christ livré pour nous ?

"Eucharistie" est la transposition française d'un mot grec qui veut tout simplement dire : "rendre grâces", "remercier". L'eucharistie, en fait, est un remerciement. Mais qui remercions-nous ? Dieu, le Père, le créateur du ciel et de la terre. Celui que la Bible dépeint comme un Dieu de miséricorde qui "fait briller son soleil sur les bons et sur les méchants". Celui qu'elle décrit comme un Dieu qui aime les hommes, inlassablement, sans toujours être payé de retour, qui les appelle sans cesse mais n'est guère entendu.

C'est ce Père très aimant qui a envoyé son Fils Jésus pour nous montrer jusqu'où va son amour et nous attirer tous à lui. C'est donc pour la création, pour la vie qui court dans nos veines et qui vient de lui que nous le remercions. Mais nous le remercions surtout pour son Fils, Jésus, venu vivre en homme parmi les hommes mourir comme l'un de nous, mais en affrontant le supplice de la Croix et l'abandon de tous.

Comment dire merci à Dieu ?
Remercier, c'est dire merci bien sûr mais c'est aussi bien souvent marquer sa joie d'un cadeau, d'un don. Mais comment fait-on pour remercier Celui qui nous a tout donné ? Quel est le mode d'emploi ? Y a-t-il un chemin particulier, une voie pour y parvenir ? C'est ici que Jésus lui-même intervient et nous offre le moyen de remercier son Père : la veille de sa passion, il prend du pain, le distribue à ses amis et dit ces paroles étranges : "Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps, livré pour vous". Puis, il prend la coupe de vin, la bénit et la donne à ses disciples en disant : "Prenez en buvez-en tous car ceci est la coupe de mon sang versé pour vous et pour la multitude. Faites ceci en mémoire de moi".

Un lent apprentissage
Dès les tout premiers récits, on voit les disciples obéir à cette étrange consigne donnée par Jésus et se rassembler pour partager le Pain. Les Actes de Apôtres, les lettres de Paul et les récits des premiers chrétiens en font foi. Dès le début, et plus encore avec ces grands pasteurs et théologiens des premiers siècles que l'on appelle les "Pères de l'Eglise", les chrétiens ont vécu avec l'eucharistie et médité longuement sur elle en cherchant à comprendre et à approfondir cette réalité inépuisable qui est au coeur de la vie chrétienne.

En réalité, par l'eucharistie, nous entrons dans la vie de Dieu lui-même, dans le merci de Jésus à son Père et nous sommes entraînés dans ce mouvement. Du coup ce n'est plus à nous "remercier" Dieu, il nous suffit d'entrer dans le mouvement de remerciement du Fils à son Père.

Du sacrifice à la ressemblance
Dieu ne veut pas de ces prétendus "dons" ou "sacrifices" par lesquels les hommes cherchaient à s'attirer les bonnes grâces de la divinité. Tout au long de l'Ancien Testament il avertit : "C'est la miséricorde que je veux et non le sacrifice". Ce que recherche Dieu, ce qu'il désire, la meilleure manière de le "remercier", c'est d'aimer comme il aime, d'être miséricordieux comme il est miséricordieux, bref de lui ressembler.

Remercier Dieu, c'est accepter d'aller à la suite de Jésus dans ce grand mouvement d 'amour de Jésus à son Père que lui seul peut nous ouvrir. C'est accepter de se donner aux autres comme il l'a fait lui même en venant parmi nous. Entrer dans cette dynamique nous conduira jusqu'au don de soi, comme elle a conduit Jésus jusqu'à la mort sur une croix. Remercier Dieu c'est accepter de devenir, au moins un peu, comme lui?.

Une mystérieuse transformation
Devenir Dieu pour le remercier ? Quoi de plus étonnant. Pour y arriver on peut essayer de changer de vie, de transformer nos comportements, bref de "faire des efforts". Cela n'est pas négligeable mais on en perçoit vite le caractère dérisoire. En fait Jésus nous indique une autre voie, étonnante mais sûre, pour aimer comme il aime : se nourrir de lui, présent dans l'eucharistie.

"Car, dit-il, mon corps est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson". Ou encore : "Celui qui me mange vivra par moi". Ainsi, peu à peu, nous devenons d'autres Christ et nous pouvons dire, comme l'apôtre Paul : "Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi". Ou, pour le dire comme Thomas d'Aquin : "L'effet propre de l'eucharistie est la transformation de l'homme en Dieu". Et c'est ainsi que nous devenons nous-mêmes le merci de l'homme à son créateur.



 

Contact pour une 1ère Communion
enfant jeune adulte
aller plus loin
Essentiels
  L'Eucharistie,
un grand mystère !
Pourquoi est-il important
d'aller à la messe ?
L'Adoration Eucharistique :
pourquoi et comment ?
Questions de parents
  Âge de la Première Communion ?
Préparer mon enfant
à sa Première Communion
Présence
des Parrain et Marraine ?
Questions d'adultes
  Comment préparer
ma Première Communion ?
Divorcés-remariés
et la Communion
Comment communier ?
Questions pratiques
  Invitations, images,
vêtements, cadeaux, repas ...
textes
  Saint Jean, Jean Paul II,
Mère Teresa ...
Lettre pastorale sur l'Église
et les sacrements
   
  Les questions-réponses issues du site .com sont signalées par  
 
Mise en ligne le Vendredi 29 Novembre, 2013